email print share on facebook share on twitter share on google+

Xavier Giannoli • Réalisateur

"Une énigme insaisissable"

par 

- Xavier Giannoli décrypte L’Apparition, une immersion dans une enquête canonique interprétée par Vincent Lindon et Galatea Bellugi

Xavier Giannoli • Réalisateur
(© Shanna Besson)

L’Apparition [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Xavier Giannoli
fiche film
]
est le 7e long de Xavier Giannoli, cinéaste révélé avec Les Corps impatients en 2003 et qui a été sélectionné deux fois en compétition à Cannes (Quand j’étais chanteur [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
en 2006 et A l'origine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
en 2009) et deux fois à Venise (Superstar [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Xavier Giannoli
fiche film
]
en 2012 et Marguerite [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Xavier Giannoli
fiche film
]
en 2015). Rencontre avec le réalisateur à quelques jours de la sortie nationale du film distribué par Memento.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Qu’est-ce qui vous a attiré vers le sujet des enquêtes canoniques que vous explorez dans L’Apparition ?
Xavier Giannoli : Je savais qu’elles existaient. J’avais lu des articles et des livres. Je savais que c’était un milieu fermé, mystérieux, un peu secret et je trouvais très passionnant de découvrir en quoi consistait exactement une enquête qui ressemble à une enquête journalistique ou policière sur un fait supposé surnaturel : une quête de vérité.

Quelles recherches avez-vous menées ?
Je travaille toujours de la même façon, que ce soit pour un film dans le milieu de la construction des autoroutes et ce qui était un fait divers comme A l’origine ou pour un film sur l’univers de l’opéra comme Marguerite. Je commence par partir avec un carnet et une petite caméra. J’ai besoin d’aller au contact du réel, d’accumuler beaucoup du matériel, de faits, de témoignages, etc. J’ai besoin de me nourrir de la réalité de cet univers pour ancrer ensuite l’histoire, le romanesque, dans une réalité documentaire.

L’Eglise catholique n’est pas très friande de publicité autour des enquêtes canoniques.
Pour un chrétien moderne, la foi n’a pas besoin de reliques ou d’apparitions. Je ne crois pas que les évêques courent après les apparitions ou les guérisons miraculeuses comme des preuves de l’existence de Dieu. Justement, la foi n’a pas besoin de preuves et c’est un des enjeux du film. Les enquêtes canoniques se font donc d’une façon discrète et rigoureuse et j’ai eu la chance d’avoir accès par exemple à des interrogatoires de gens qui affirmaient avoir vu une apparition. Dans ce cas, l’évêque de la région est le seul à pouvoir décider s’il faut aller plus loin ou pas. Et s’il estime que oui, on peut diligenter une enquête canonique pour laquelle on rassemble qui on veut : des journalistes, des médecins, des prêtres, des théologiens… Et on mène des interrogatoires comme pour une enquête journalistique ou policière, autour de ces événements, pour essayer d’en évaluer la vérité ou pas. C’est ce qui m’a motivé dès le début : l’idée de l’enquête.

Pourquoi avoir choisi comme personnage principal un journaliste, et plus spécifiquement un journaliste de guerre ?
D’abord pour la figure du journaliste comme figure de lamodernité. C’est un personnage dont la fonction dans la société moderne est de ramener des images et des preuves. D’un coup, ce personnage va rencontrer sa limite et se retrouver plongé dans un univers où justement le dicible et la preuve ne sont pas les plus importants. Cela ouvrait l’enquête documentaire sur une autre dimension : le personnage, en plus d’aller au contact de la réalité, allait s’ouvrir sur un monde intérieur, plus secret. Et pourquoi un journaliste de guerre ? Le film commence par une explosion, on comprend à la télévision qu’il s’agit d’une chaîne arabe et que c’est probablement une explosion liée au Moyen-Orient d’aujourd’hui, et il va se terminer, sans rien retirer au suspense, dans un désert qui rappelle les origines, dans un monastère. Ce personnage qui va traverser tout cela, fait arc entre quelque chose de très contemporain et quelque chose d’éternel.

Les journalistes de guerre ont une psychologie et un regard très particuliers.
C’est une des premières conversations que j’ai eue avec Vincent Lindon. Quand on pense à lui dans ses derniers rôles marquants, par exemple dans La Loi du marché [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Stéphane Brizé
fiche film
]
, c’est un personnage taiseux, physique, qui ne donnait pas beaucoup de regard. On était rarement confronté à ses yeux. Tous les reporters de guerre que j’ai rencontrés ont vu des choses, ils sont marqués par la folie du monde et cela se voit dans leur regard. Je trouvais intéressant et romanesque ce personnage dont on sent qu’il a été confronté à la folie humaine et qui va se retrouver face à une jeune fille de 18 ans qui est indiscutablement sincère, qui lui parle d’amour, de compréhension, de secrets, qui a une espèce de pudeur, de sensibilité. J’aimais la confrontation des deux, je trouvais ça très dynamique.

Quid de la restitution de l’environnement religieux qui entoure un phénomène dit surnaturel, notamment le business qui se greffe dessus. Avez-vous été attentif à garder une certaine neutralité ?
J’ai essayé d’être juste. Effectivement, autour d’un phénomène d’apparition, il peut y avoir un tas de choses qu’on a vite tendance à caricaturer d’ailleurs : "il y a un business, tout ça c’est un mensonge pour faire de l’argent", "c’est une forme de folie, d’idolâtrie". Mais c’est de la caricature idiote ! Il peut y avoir aussi dans ce genre de phénomènes quelque chose de touchant, de sensible et de très profondément honnête. Après, que certaines personnes s’en emparent pour en faire n’importe quoi, c’est la même chose avec les idées politiques ou avec les produits financiers. Cela reste une entreprise humaine, donc elle peut prendre des chemins délirants. Dans le film, j’essaye à la fois de montrer que cela existe, qu’il peut y avoir autour d’un phénomène religieux, quel qu’il soit, une forme d’idolâtrie, et en même temps j’espère qu’on sent bien que ce n’est ni mon axe, ce que j’ai voulu faire d’un point de vue critique, ni être dans le confort de la satire que je déteste, cette bonne conscience facile où l’on se moque des choses et des gens. Le plus important, c’est l’émotion de cette jeune fille qui, quand on voit son regard, est résolument tournée vers Dieu et honnête. Donc elle est une énigme insaisissable pour ce journaliste. Ou elle ment et c’est ce qu’on doit se demander pendant tout le film. Et si elle ment, sa sincérité et l’émotion dans son regard font que c’est fascinant : comment en vient-on à se persuader soi-même et à mentir sur quelque chose d’aussi important et d’aussi beau ? Et si elle ne ment pas, on est face à l’un des plus grands mystères de l’humanité. Je me disais que dans les deux cas, cette enquête allait confronter mon personnage à quelque chose d’extraordinaire.

Vous avez injecté un suspense quasi policier.
Cet homme reste car il est touché par cette jeune fille moderne, par son émotion, par sa sincérité, par sa modestie, par sa dignité. On a envie de la croire, mais en même temps c’est incroyable et un esprit rationnel comme un journaliste de guerre a du mal à imaginer ça. La traque de la vérité, le suspense, c’est central, c’est ce qui fait tenir le film. Et qui dit enquête, dit suspense.

Quelles étaient vos Intentions principales en matière de mise en scène et de photographie ?
C’était très important que le film soit ancré dans le réel. J’ai eu la chance de travailler avec un très grand chef-opérateur, Eric Gautier. On ne voulait pas que le film se passe dans un espace visuel déréalisé, stylisé où la photographie supposerait que quelque chose de surnaturel est possible. Bien au contraire, le film se passe aujourd’hui, ici, maintenant, en France. On a choisi de tourner en scope, ce que je fais toujours car j’ai le sentiment que cela donne un élan romanesque aux histoires. C’est très important pour moi que le cinéma soit un spectacle, le spectacle de nos vies et un spectacle dans le sens noble du terme. L’esthétique du film s’est beaucoup jouée à un moment du film. Cette jeune fille qui prétend avoir vu une apparition surnaturelle est assise dans un centre commercial. Son aura un peu miraculeuse, le regard qu’elle pose sur la banalité qui l’entoure, sur la vie quotidienne, faisait que dans le cadre, tout s’animait, tout prenait un sens en plus. C’est là qu’on se rend compte qu’au cinéma, et c’est ce qui me passionne, on filme quelque chose, et qu’il y a autre chose, grâce au cadre et au personnage qui regarde, et que cela peut donner une grâce, une profondeur à la réalité. En même temps, on voulait aussi garder quelque chose de réaliste avec la caméra, que tout soit vivant, indiscutable d’un point de vue documentaire. Je suis très heureux de tous les acteurs et du sentiment de réalité qu’ils apportent au film, mais comme il est question d’une apparition, cette réalité prend une dimension que j’espère étonnante. Dans le même ordre d’idée, le cinéma, c’est quand même un art d’incarnation et un acteur comme Vincent Lindon ou l’actrice Galatea Bellugi que j’ai trouvée, sont des gens qui par leur présence physique donnent une dimension charnelle à l’histoire.

Quand on touche à des sujets religieux, s’attend-on inévitablement à des polémiques ?
Quelque chose qui m’a peut-être motivé pour s’emparer de ce sujet, c’est que j’en ai un peu assez qu’on ne puisse pas parler de religion autrement que par l’hystérie. On a l’impression qu’aujourd’hui le religieux est devenu avant tout un marqueur social : "dis-moi si tu es chrétien, je te dirais si tu es d’extrême-droite", "dis-moi si tu es musulman, je te dirais si tu vas venir par te fabriquer une ceinture explosive". J’en ai assez qu’on pense le religieux par la caricature et j’avais besoin de me réapproprier la part intime de ce sujet, quelque chose de secret, de fragile et de digne, qui interroge ce que nous sommes, notre vie et notre recherche de sens. La dimension politique qui peut s’enflammer, cette provocation, ne m’intéresse pas. Je trouvais plus inattendu de montrer au contraire comment ces idées peuvent se diffuser dans des êtres avec de l’émotion, du trouble, et de revenir à ce qu’il y a de plus important : une foi libre et éclairée, c’est quelque chose qui se décide. Quand je vois une pièce de Shakespeare, je sens bien qu’elle remue en moi une vérité humaine indiscutable qui a à voir avec la peur de la mort, avec l’amour, avec le sexe, etc. Je ne veux pas le dire en étant irrespectueux, mais si on lit les évangiles comme un texte écrit par un grand auteur, cela fait quand plus de 2000 ans que ce texte a une résonance pour le moins profonde et puissante dans nos vies d’humains. Donc tout cela est très mystérieux et très intéressant. Après, est-ce le film de quelqu’un qui fait du prosélytisme ? Non. Et l’une des dernières répliques du film est "je ne sais pas".

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi